Il était une fois Le Ménestrel

1833 : Mendelssohn crée sa Symphonie Italienne, Berlioz, Le Roi Lear, et Johannes Brahms vient au monde... Cependant un autre événement, beaucoup plus modeste au premier abord est mis en germe, la création d'une revue spécialisée dans la musique : Le Ménestrel.  D'abord sous la direction de Joseph-Hippolyte L'Henry, la revue est assez vite reconnue et rachetée par le célèbre éditeur musical Heugel. Le journal publie sans presque aucune interruption pendant 107 ans, fait inédit pour une revue spécialisée.

Malheureusement, la Seconde Guerre Mondiale, et l'invasion de l'Allemagne nazie contraint le journal à mettre fin à ses activités, du moins temporairement comme l’indique cette déclaration :

« Nous souhaitons pouvoir reprendre, à l'automne, l'effort que nous nous sommes imposé pendant la première phase de la guerre, conscients d'avoir ainsi servi modestement, mais de notre mieux, la cause impérissable de la pensée et de l'art français. »

Cependant, le journal n'existera plus jamais, même si l'éditeur Heugel lui survit.

Le projet du Nouveau Ménestrel

80 ans après la fin du Ménestrel, une équipe de jeunes passionnés se sont réunis, sous l’impulsion de Kélian Baptiste, pour redonner vie à un “nouveau” Ménestrel. Notre ambition est d’actualiser son propos mais également de garder l’identité et le charme tout particulier du journal original. De ces cendres est né un magazine bimestriel, qui proposera critiques, interviews, dossiers documentés, essais et plusieurs chroniques. Nous souhaitons mettre en avant toute sorte d’événements musicaux, qu’ils soient issus du web, de salles de concert ou de nature amateur. Nous souhaitons garder notre approche généraliste et avons à coeur de pouvoir partager notre passion à tous.

L ' Equipe 

Rebecca Martin

img_246830.png

Rédactrice en chef - Directrice de la rubrique Point d'Orgue

Rebecca Martin est actuellement étudiante en Licence de musicologie à L'Université Paris-Sorbonne. Pianiste depuis une dizaine d’années, Rebecca Martin a suivi un cursus au conservatoire du Mans, et un enseignement musical et littéraire au lycée, avant de s’installer sur Paris pour étudier les lettres et la musique en hypokhâgne au Lycée Fénelon. Passionnée par la musique, elle décide de s’y consacrer pleinement en intégrant la Licence de musicologie à L'Université Paris-Sorbonne, et un cursus de piano au Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris.

Convaincue que la musique à des pouvoirs incroyables sur l’homme, elle aimerait devenir musicothérapeute, pour permettre aux personnes qui en ont besoin de recouvrer certaines capacités, grâce à cette pratique de soin, encore méconnue.

Malgré tout, son goût pour l’écriture ne la quitte pas, c’est pourquoi la réédition du Ménestrel est une belle opportunité, qu’elle n’a pas hésité à saisir ! Au sein du journal, elle est rédactrice en chef et s'intéresse aux sujets en lien avec l'actualité musicale ou alliant la musique et un autre art.

Hyacinthe Gambard

img_246830.png

Président - Webmaster - Rédacteur - Directeur des rubriques A Tempo et Ostinato

Du punk au post-sérialisme, Hyacinthe est un amateur de toutes musiques depuis son plus jeune âge. Il entre dans le monde des sons par le piano et partage sa formation entre répertoires savants et actuels, ce qui lui forge une culture musicale très éclectique. Il débute ensuite l'alto au CRR de Saint-Etienne et poursuit ses études à Paris.

Après une licence de musicologie, il intègre le Master "analyse et création" de Sorbonne-Université lui ouvrant les portes du PSPBB, de Radio France et de l'IRCAM. Il poursuit également sa formation au CRR de Paris dans les classes d'écriture de David Lampel, d'analyse et d'orchestration d'Anthony Girard et de direction d'orchestre de Jean-Michel Ferran.

Avec un appétit particulier pour l'analyse musicale, son engagement au sein du Nouveau Ménestrel prend la forme d'une chronique qui décortique les partitions et rend leur langage accessible à tous. Un peu geek sur les bords, il s'occupe également de toutes les interfaces numériques liées au projet.

Quentin Cendre-Malinas

img_246830.png

Responsable de relecture - Rédacteur

Nantais d'adoption, chef de chœur à la Maîtrise de la Perverie, Quentin Cendre-Malinas est aussi claveciniste, auteur de théâtre et conteur, curieux de toutes formes de musique. Il dirige des chœurs et groupes très divers, du répertoire pop et rock au chœur symphonique.

Il fonde en 2017 la compagnie Le Bel Aujourd'hui, constituée de chanteurs et de comédiens, dont le but est de questionner les rapports entre chant et voix parlée. Ils créent chaque année un spectacle de théâtre et de musique improvisée. Il est également le fondateur en 2011 de la Chambre Concertante, ensemble vocal spécialisé dans la musique de la Renaissance.

Directeur Adjoint et chroniqueur au Nouveau Ménestrel, sa rubrique concerne la période Renaissance et aborde pour chaque numéro, un mot clef ou une notion expliquée avec dynamisme, humour et amour.

Glen Maussion

img_246830.png

Secrétaire - Trésorier - Rédacteur

Glen Maussion est un musicien diplômé d'un master de musicologie. Il est passionné par l'histoire de la musique et des théories qui l'entourent. Il enseigne l’éducation musicale dans la fonction publique mais aussi le piano depuis de nombreuses années.

Sa spécialité est la composition de musique orchestrale mais il prend la baguette d'ensemble dès que possible. Son importante approche théorique est un atout de taille pour comprendre les productions musicales de toute période.

C'est avec passion et patience qu’il rédige des articles qui vont, il l’espère, vous éclairer sur des notions vagues mais importantes de l'histoire de la musique.

Clémence Dehay

img_246830.png

Rédactrice - directrice de la rubrique Opus

Titulaire de deux diplômes d'études musicales de piano et d'accompagnement piano ainsi que les prix d'excellence en piano et musique de chambre au CRR de Perpignan, Clémence s'intéresse à un répertoire musical éclectique, ce qui la conduit à s'initier au clavecin et au piano jazz. Elle accompagne le chœur de chambre de Perpignan depuis 2018.

Elle obtient un master de recherche en musicologie à Toulouse en 2020. Son mémoire s'articule autour du compositeur contemporain japonais Toru Takemitsu analysé à travers le prisme des transferts culturels. Puis, en septembre 2021, elle intègre le pôle supérieur de musique ISDAT à Toulouse en DNSPM d'accompagnement piano.

Dans le cadre de sa première année de master, elle a eu l'opportunité de rédiger des articles sur des concerts, spectacles et groupes et a ainsi réaffirmé son goût pour l'écriture. Elle renouvelle l'expérience en intégrant tout récemment l'équipe du Nouveau Menestrel en tant que rédactrice. Par le biais de cette revue musicologique de qualité, elle souhaite partager ses acquis et découvertes.

Sereine Coutelier

img_246830.png

Illustratrice

Sereine n’est pas née avec un crayon dans la main, mais presque. Depuis son plus jeune âge, elle déborde d’histoires à raconter, aussi bien avec des mots qu’avec des images, et bien souvent les deux en même temps. Sa famille la porte dans les quatre coin du monde, et ses études vers la littérature et la langue anglaise. Après un bac international, les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), une licence et un master en littérature anglaise à Montpellier, elle décide de se pencher plus sérieusement sur l’illustration, jusqu’alors simple hobby, et entreprend une formation professionnalisante à distance avec l’EDAA.

Gourmande des arts, la musique berce ses journées depuis toujours, mais ce n’est qu’à ses 18 ans qu’elle assiste à sa première représentation d’opéra, qui sera un vrai coup de cœur. Elle découvre ensuite la musique de chambre aux travers de concerts de chœurs, et commence à se former une playlist classique sur laquelle rédiger son mémoire et travailler son coup de crayon.

Ses mains, plus habiles aux feutres qu’avec un instrument, elle décide de faire entrer la musique dans son univers graphique en participant au Nouveau Ménestrel comme illustratrice.

Simon Lecaulle

img_246830.png

Compositeur en résidence - Directeur de la rubrique Coda

Fils d’un couple d’organiste, Simon Lecaulle débute l’apprentissage du trombone à coulisse dans une école de musique à Douarnenez. Puis, il intègre la Maîtrise de Sainte-Anne dans le Morbihan, dirigée par Richard Quesnel à cette époque. Il y est initié au chant choral, à la technique vocale, à l’histoire de la musique et y parachève sa culture, sa technique et sa passion pour la Musique. Trois années passent avant son installation dans la Loire, et son intégration à la Maîtrise de la Loire. Il y étudie l’écriture, la Musique Baroque, la chanson Française et se dotera d’un solide parcours.

Après l’obtention de son baccalauréat, il entame et valide une licence de musicologie à l’université Jean Monnet de Saint-Etienne. En septembre 2021, il entreprend un Master de recherche en musicologie, .

Compositeur depuis plus de 3 ans, il écrit essentiellement pour ensembles vocaux et claviers et se spécialisant dans la musique sacrée : Motets, Messes, pièces indépendantes… Très influencé par l’esthétique de la Renaissance et baroque, il tend cependant à y ajouter des sonorités plus modernes…

Au sein du journal, il est chargé de l'écriture de petites pièces pour instrument seul, ou ensemble réduit, dans une optique de pédagogie et de divertissement des lecteurs.

Céline Fiszbin

img_246830.png

Rédactrice - Relectrice

Originaire de Côte d’Azur, Céline a d’abord débuté sa formation musicale par le piano, puis a découvert à l’âge de 15 ans le chant lyrique au CRR de Toulon et chante rapidement avec la maîtrise d’enfants de l’Opéra de Toulon.

Elle rejoint ensuite Paris en 2017 pour y poursuivre sa formation artistique, notamment en licence de Musicologie à l'Université Paris-Sorbonne, à la Maîtrise des Hauts-de-Seine dans le Chœur Unikanti ainsi qu'au Conservatoire du 18e arrondissement de Paris dans la classe de chant Catherine Dune.

Elle s’est distinguée dans plusieurs projets d’opéra en qualité de soliste, que ce soit dans le cadre des ateliers lyriques de conservatoire (sous la direction de Sophie Hervé, Catherine Dune, Colette Hochain ou encore Didier Henry), ou bien en festival à ambition professionnelle (Festival Lyrique de Samoëns).

En 2020, elle est devenue rédactrice pour Le Nouveau Ménestrel et a déjà rédigé plusieurs articles dans les numéros en ligne, notamment une chronique sur la musique dans les jeux vidéo. Actuellement en Master de recherche en Musicologie, Céline tend à se spécialiser sur la musique de la première moitié du XXe siècle, précisément celle de Richard Strauss.

Gabriel Massart

img_246830.png

Rédacteur

Après l’obtention d’un baccalauréat scientifique, Gabriel Massart se dirige vers une classe préparatoire aux grandes écoles. C’est dans cette filière littéraire qu’il prend goût à la réflexion sur divers sujets et à la rédaction d’articles. Jouant du piano et de l’accordéon depuis des années, il s’est passionné pour l’histoire de la musique. C’est donc tout naturellement qu’il a choisi de poursuivre ses études en musicologie, à la Sorbonne.

Aujourd'hui, participer à la recréation d'un hebdomadaire marquant de la vie musicale du XIXe siècle est, à ses yeux, une chance. La possibilité d'écrire des articles pour Le Nouveau Ménestrel lui donne le loisir d'expliquer un sujet qui lui plaît de partager. Pouvant ainsi allier la passion de la musique à celle de la rédaction, il vous propose, notamment, une réflexion sur la musique dans la société.