Musique Symphoniques

Grande Sélection Mahlérienne

Il semble que les orchestre aient envie de célébrer l’anniversaire de la mort du compositeur allemand en programmant une quantité certaine de concerts symphoniques. Vous pourrez notamment retrouver la première symphonie de Mahler avec Klaus Mäkelä à la baguette, la seconde autour de trois dates évènement avec Semyon Bychkov grand mahlérien de retour dans une maison qu’il a dirigé dans les années 90. Egalement au programme, une quatrième symphonie par François-Xavier Roth et son ensemble Les Siècle, et enfin une cinquième par Wolfgang Doerner et l’orchestre Pasdeloup (à ceux qui seraient déçus de ne pas voir la 3e symphonie programmée, attendez le mois de janvier !). En somme, un ensemble de concerts de haute-volée qui rendront grâce à celui qui s’est battu pour être joué et que Debussy qualifiait de “Géant pneumatique”.

Leonidas Kavakos et l'Orchestre National de France

Qui ?

Violon: Leonidas Kavakos 

Direction : Cristian Măcelaru

Orchestre National de France

Quoi ?

Piotr Ilitch Tchaïkovski

Concerto pour Violon 

Florent Schmitt

Le Palais Hanté

Dimitri Chostakovitch

Symphonie n°9

Quand ?

Jeudi 23 septembre 2021 à 20h00

Où ?

Auditorium - Maison de la Radio et de la Musique

 

Combien ? 

Tarifs : à partir de 10€

C’est un combo gagnant pour cette rentrée. De la musique contemporaine ? Demandez Adès et deux créations dont une commande de Radio France. Le britannique fait humblement partie d’une nouvelle génération de compositeurs qui cherche le renouveau à travers un retour à une certaine tradition orchestrale et qui n’a plus peur de la consonance. Il dirigera la création française de son concerto pour piano déjà interprété en 2019 avec le Boston Symphony Orchestra et Kirill Gernstein, également à l’affiche ce soir. La création de son Exterminating Angel Symphony vient parfaire cette portion contemporaine, tirée de son opéra éponyme qui s’inspire du film surréaliste de Bunuel, et joué pour la première fois au festival de Salzbourg. Du répertoire symphonique ? Voici la Sinfonietta de Janáček, dont la célèbre fanfare de cuivres reste dans tous les esprits et qui traverse de nombreux caractères musicaux tout en tension et détente. De la musique de chambre ? Encore un Janáček avec son quintette pour vents Mládí, l’une des dernières œuvres du tchecoslovaque et contemporaine de la Sinfonietta, reflète l'imprégnation du folklore qui a habité le compositeur durant toute sa carrière et couronne sa recherche d’une musique propre à son pays. Avec une soirée aussi riche, c’est un rendez-vous immanquable de cette rentrée !

France - Espagne

Qui ?

Guitare: Thibaut Garcia 

Direction : Roberto Gonzalez-Monjas

Orchestre National d'île de France

Quoi ?

Manuel De Falla

L'amour Sorcier

Joaquín Rodrigo

Concerto d'Aranjuez

Claude Debussy

Petite Suite

Maurice Ravel

Pavane pour une infante défunte

Joaquin Rodrigo compositeur du Concerto d’Aranjuez disait que sa pièce capturait “les fragrances des magnolias, le chant des oiseaux et le ruissellement des fontaines” des jardins d’Aranjuez. Pièce phare du répertoire de la guitare, Thibaut Garcia, prodige révélé dernièrement au Victoires de la musique classique dans la catégorie Révélation Soliste Instrumental, interprètera un programme aux inspirations hispaniques, avec des pièces de De Falle, Debussy et Ravel. 

Quand ?

Vendredi 24 septembre 2021 à 20h30

Où ?

Auditorium Patrick Devedjian - Seine Musicale

 

Combien ? 

Tarifs : à partir de 27€

France - Espagne

Qui ?

violon et direction : Pablo Valetti

clavecin et direction : Céline Frisch

Café Zimmermann

Quoi ?

Johann Sebastian Bach

Concertos Brandebourgeois n°2, 3 et 4

Concerto pour Violon en la mineur

Suite pour orchestre n°3 en ré majeur

Commentaire de concert

Un avant-concert est proposé à 19h30. Gratuit sur présentation du billet.

Quand ?

Jeudi 7 octobre 2021 à 20h30

Où ?

Auditorium Patrick Devedjian - Seine Musicale

 

Combien ? 

Tarifs : à partir de 10€

Mäkelä - Capuçon

Qui ?

violon : Renaud Capuçon

direction : Klaus Mäkelä

Orchestre de Paris

Quoi ?

Olivier Messiaen

Le tombeau resplendissant

Erich Wolfgang Korngold

Concerto pour violon

Dmitri Chostakovitch

Symphonie n°7 "Leningrad"

Certainement un immanquable de cette rentrée, le duo Mäkelä - Capuçon semble s’être bien trouvé ! Après une collaboration acclamée en juin dernier dans le concerto de Berg, c’est au tour de Korngold de passer à la casserole. Un choix original, comme à son habitude pour Capuçon, qui aime aller chercher les grandes œuvres du violon du début du XXe siècle et y apporter sa touche française dans des interprétations sensibles. Moins entendu, le tombeau resplendissant de Messiaen marque l’entrée du compositeur dans un parcours compositionnel nouveau, alors qu’il quitte la classe de Paul Dukas avec son premier prix. Après le rayonnement de la musique française, sous la baguette de Mäkelä, c’est dans un répertoire qui lui est plus familier qu’il s’engage avec la 7e symphonie de Chostakovitch, l’une des rares oeuvres du russe qui fut connue hors de l’URSS et qui fit sa renommée. Encore un programme de première classe servi par les maîtres du genre.

Quand ?

Mercredi 13 et jeudi 14 octobre 2021 à 20h30

Où ?

Salle Pierre Boulez - Philharmonie de Paris

 

Combien ? 

Tarifs : à partir de 10€

Beethoven by Jordi Savall

Qui ?

Direction : Jordi Savall

Soprano : Sara Gouzy

Mezzo-Soprano : Laila Salome Fischer

Ténor : Mingjie Lei

Basse : Manuel Walser

Le Concert des Nations

Choeur El Leon de Oro

Quand ?

Vendredi 15 octobre 2021 à 20h30

Où ?

Salle Pierre Boulez - Philharmonie de Paris

 

Combien ? 

Tarifs : à partir de 10€

Quoi ?

Ludwig Van Beethoven

Symphonie n°8

Symphonie n°9 "Hymne à la joie"

On a plus l’habitude de voir Jordi Savall entouré d’Hesperyon XX pour interpréter le répertoire baroque et traditionnel du pourtour de la Méditerranée, qui nous a valu de magnifiques disques et la découverte d’un répertoire inouï. Ici, le chef catalan prend le même chemin que prirent Nikolaus Harnoncourt et sir John Eliott Gardiner en s’emparant des symphonies de Beethoven. Ce concert est le dernier de l’intégrale qu’il a consacré à ses symphonies à la Philharmonie de Paris. Y ont-ils vu une suite logique au répertoire baroque ? Sans doute. Et si l’interprétation de Jordi Savall est aussi audacieuse et brillante que le fut celle du maître viennois, cela augure de la plus belle des soirées.